Bandeau inférieur

Métier de médiateur familial/Le Diplôme d'Etat/Stages pratiques

Stages pratiques

Les stages pratiques font partie intégrante de la formation conduisant au Diplome d'Etat de médiateur familial.

L'alternance en tant que mode d'acquisition de compétences professionnelles constitue l'un des principes fondamentaux des formations sociales. Elle suppose que le lieu du stage soit un lieu d'acquisition de compétences dans chacun des registres du référentiel de compétences (figurant en annexe I référentiel professionnel de l'arrêté du 12 février 2004 et de la circulaire du 30 juillet 2004).
Le centre de formation adressera un dossier type de reconnaissance de site qualifiant (lieu de stage) à tout employeur qui en fera la demande.
En collaboration avec l'établissement de formation, le référent du site qualifiant construira son projet d'accueil de stagiaire, sur la base du référentiel de compétences figurant en annexe I de l'arrêté du 12 février 2004 et de la présente circulaire. Le centre de formation doit s'assurer de la cohérence entre l'offre existante sur les sites qualifiants et son projet d'alternance.
Ce document fait partie du dossier relatif aux aspects pédagogiques qui doit être communiqué à la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales pour agrément.
Le référent du site qualifiant a un rôle de coordination entre le service employeur, le centre de formation et le stagiaire. Il assure l'encadrement du stagiaire:
Il doit justifier d'au moins une année d'exercice en tant que médiateur familial et attester d'une qualification en médiation familiale dont la durée de formation théorique et pratique est au minimum de 300 heures.
Le projet d'accueil du stagiaire est construit en collaboration avec le centre de formation et le stagiaire.

Organisation des stages

La période de stage d'une durée de 70 heures doit se décomposer en 2 temps :

  • un stage d'observation sur un lieu de gestion de conflits intra-familiaux (tribunal auprès d'un juge, cabinet d'avocats, espace-rencontre...) Ce temps de stage est d'une durée de 14 heures en discontinu puisqu'un étudiant est appelé à se rendre à plusieurs reprises dans un service de médiation familiale.
  • un stage professionnel qui doit se dérouler obligatoirement auprès d'un médiateur familial qualifié en exercice. Ce stage d'une durée de 56 heures en discontinu doit permettre la transmission pratique du métier.
    En aucun cas, le stage pratique ne pourra se dérouler au sein même d'un service de médiation faisant partie de l'organisme responsable du centre de formation de l'étudiant.
    L'étudiant devra respecter le cadre déontologique de la médiation familiale, s'adapter au règlement intérieur du site qualifiant et à la contrainte des familles;
    Le stage ne peut se limiter à une simple observation. Après une période d'observation du fonctionnement, le stagiaire doit pouvoir s'impliquer dans le suivi des situations. Ce stage de mise en situation professionnelle se déroulera de façon progressive sous la responsabilité du médiateur familial référent.
    Le stagiaire doit pouvoir être impliqué dans toutes les activités professionnelles du médiateur familial: accueil téléphonique, entretiens d'informations, tâches administratives, rencontres avec des juges, des avocats, réunions internes au service, réunions avec le réseau , entretien de médiation familiale, rédactions de projets d'entente, séances d'analyse de la pratique...) .
    La stagiaire prendra en charge un processus de médiation à travers au moins deux situations et pour l'une d'entre elles la rédaction d'un rapport (recueillir/traiter/analyser les éléments de la situation pour accompagner les personnes à construire elles-mêmes des accords et leur permettre d'organiser la vie familiale (parentale) notamment dans l'intérêt de l'enfant.)
    Après chaque séance, l'étudiant devra rédiger un compte rendu de l'entretien et en faire une analyse.
    Les stages doivent faire l'objet d'une évaluation. Les conclusions de cette évaluation sont portées au livret de formation de l'étudiant.

Le dossier stage (épreuve b) doit comprendre un certain nombre de documents :

  • une analyse de la mise en oeuvre des effets du processus de médiation familiale (document de 20 pages)
  • un rapport permettant le repérage du médiateur familial dans son cadre institutionnel et interinstitutionnel lors de son stage (document de 3 pages)
  • une auto-évaluation sur la construction de sa compétence (document de 2 pages)
  • une évaluation du stagiaire par le médiateur référent du site qualifiant.

La soutenance du dossier de stage organisée par les centres comportera un temps de présentation par le stagiaire de son dossier d'une durée de 10 minutes et 50 minutes d'entretien en lien avec les points précités.
La validation globale de la formation pratique, à partir, notamment de cette épreuve de dossier de stage, doit être rigoureuse. Les établissements de formation devront établir une grille d'évaluation portant sur un certain nombre d'aspects dont:

  • la compréhension des objectifs de la médiation familiale
  • la maîtrise du processus (adaptabilité, sens de la créativité...)
  • la mise en œuvre des techniques de communication et de relation (empathie), etc..

Le mémoire

Le mémoire est un mémoire de recherche dans le champ professionnel dont l'objet est centré sur la médiation familiale intégrant la posture de tiers (cf annexe I référentiel de compétences).
Le mémoire doit rendre compte de l'intégration par le candidat des aspects théoriques de la formation et de l'articulation des acquis de la théorie (savoirs) et de la pratique (savoir-faire), en y intégrant les constatations acquises pendant le stage professionnel au regard de la singularité de la médiation en matière familiale.
A partir de son champ d'intérêt, le candidat, sur la base d'un recueil de données qui constitue la phase exploratoire de la démarche méthodologique de recherche, devra énoncer une problématique, émettre une ou des hypothèses dont il vérifiera la pertinence par l'observation et l'analyse de situations pour la (les) confirmer ou infirmer en conclusion.
Les centres de formation disposent de 14 heures pour assurer un accompagnement aux étudiants dans la réalisation de leur mémoire.
Le tuteur reconnu par le centre de formation pour ses aptitudes pédagogiques à ce type d'accompagnement  doit apporter un véritable soutien technique et méthodologique à l'étudiant.
Le document écrit doit permettre au jury de vérifier:

  • la capacité du candidat à organiser les données théoriques et les savoirs pluridisciplinaires (psychologie, sociologie, droit) et de les mettre en relation avec la médiation familiale
  • la capacité à observer et à faire des investigations sur le terrain
  • la capacité à analyser les réponses apportées, à les argumenter, à dégager des perspectives,
  • la capacité à se positionner et à préciser sa conception de la médiation familiale   dans le champ social actuel en référence aux thématiques abordées dans le mémoire
  • la capacité à rédiger
  • la capacité à organiser les références théoriques et à présenter une bibliographie
    Le mémoire est un document de 50 à 60 pages (bibliographie, annexes, illustrations non incluses) comprenant une page de quatrième de couverture (fiche de présentation- mots clefs). Il doit être présenté en caractère Arial 12 justifié et en interligne 1,5, les marge s3 à gauche, celles de droite ainsi que de haut et de bas seront de 2.
    Le mémoire devra être adressé en 3 exemplaires à la DRASS du centre d'examen 2 mois avant la date fixée pour la soutenance.
    Les mémoires devront être anonymes : les documents adressés aux membres du jury ne devront comporter aucune mention susceptible d'identifier les personnes concernés par les récits de vie.

La soutenance

La soutenance d'une durée de 55 minutes comporte :

  • un temps de présentation (15 mn) qui met en valeur l'essentiel du questionnement, la démarche et les résultats obtenus
  • un temps de discussion (40 minutes) au cours duquel le candidat devra répondre au question du jury, argumenter ses choix, réexaminer éventuellement ses positions face aux questions du jury.
    Le candidat sera apprécié sur sa connaissance du thème traité, sa capacité à apporter des éléments nouveaux au delà du document écrit, son positionnement professionnel, sa qualité d'expression.
    Le profil de personnalité du candidat ne sera pas pris en compte dans le cadre de l'évaluation de cette épreuve.
    L'écrit du mémoire et la soutenance sont notés chacun sur 20 points. Cette épreuve ne peut être validée que lorsque le candidat a obtenu au moins 20 points sur 40.